Partagez | 
 

 The Little Prince told me that gaining someone's heart is the hardest thing to do ϟ Kwangie


Try My Luck :: What's Poppin' ? :: Présentation ::  With You
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yeo Kwangryul
Sweet Sugar, Honey
avatar



MessageSujet: The Little Prince told me that gaining someone's heart is the hardest thing to do ϟ Kwangie   Jeu 8 Fév - 18:22



YEO KWANGRYUL

Your lipstick stain spreads, I might misunderstand what you got for me.

✩ Nom : Yeo, signe de ton passé, reste poussiéreux de ce que tu étais, trace impardonnable de tes erreurs.
✩ Prénom : Kwangryul, maman aimait les choses qui sonnent étrange, elle aimait les choses qui ont du sens. Elle était un peu ailleurs, maman, c'était une artiste à sa façon.
✩ Date & Lieu de naissance : Tu es né dans la belle capitale de Séoul, la ville qui fait du bruit, la ville qui brille, la ville pourrie. Un certain 06 Juillet.
✩ Âge : Trente ans déjà. Un peu trop vieux pour faire des bêtises, pas assez pour être sage, perdu entre les deux, malade de ton siècle.
✩ Nationalité : Coréen, il n'y a pas grand chose à dire, pas grand chose à rajouter. Peut-être aurais-tu simplement voulu être quelqu'un d'autre, naître ailleurs, vivre autrement.
✩ Origines : Tu aimerais t'inventer les origines du monde, enfant de tous les ciels et de toutes les terres, tu aimerais dire des tas de choses, raconter mille histoires, mais tu ne viens que de chez toi, Joseon comme dirait certains.
✩ Orientation sexuelle : Bisexuel, parce que tu ne cherches pas vraiment d'excuses à la satisfaction de tes désirs, parce que tu ne réfléchis pas vraiment quand tu dois assouvir tes besoin ; si corps il y a, tu prends.
✩ Statut civil : Célibataire, les autres diront grand bâtard mais tu ne fais pas attention aux bruits qui courent, aux grand-mères qui racontent des histoires et aux grand-pères qui ne savent plus ce qu'ils disent.
✩ Statut social : Pauvre, clairement, tu ne roules pas sur l'or. Tu as fait ta vie ailleurs, tu as un jour eu de l'argent, et tu as fini par tout perdre -sauf la vie. Et maintenant, tu survis comme tu peux, avec les quelques sous que tu te fais.
✩ Profession | Études : Tu fais parti de ces nombreux stands qui vendent de la nourriture au marché de Daein. Vivre la nuit ne te dérange pas, voir le soleil se coucher, se lever, voir les étoiles briller, la population évoluer, ça te plaît.

✩ Caractère : Tu ne sais pas si on peut dire que tu es du genre à te prendre la tête, si tu es du genre à trop réfléchir, à chercher des réponses là où il n' y a que des questions, à ne pas comprendre quand on dit d'arrêter, à toujours foutre le monde en colère parce que c'est drôle de se montrer plus malin que tout le monde.

Tu ne sais pas si tu es vraiment comme ça ou si c'est simplement la façon dont on te voit. Tu te dis qu'au fond, si c'est comme ça qu'on te décrit c'est qu'il ne doit pas y avoir qu'une part de mensonge dans ces histoires. Tu veux bien avouer que tu réfléchis peut-être un peu trop. Du genre à toujours à peser le pour ou le contre, à prendre conscience du danger ; t'es pas vraiment le genre de mec spontané à qui on ferait faire n'importe quoi et tu dois avouer que même toi, des fois, tu trouves ça lourd. Stressé, nerveux, un peu trop ambitieux peut-être ou simplement idiot, toujours au bord de l'échec, quand tu essayes t'as l'impression que jamais tu n'arrives à faire les choses comme les autres le veulent. T'es pas vraiment le genre rigolo avec qui on se marre tout le temps, t'es même plutôt le genre petit con un peu trop ironique sur les bords mais qui ne le fait pas forcément exprès, c'est juste que t'as l'humour acerbe. T'es peut-être un peu vexant des fois, t'es peut-être un peu piquant mais c'est pas comme si tu le voulais et ce n'est pas non plus comme si tu le faisais toujours exprès. Rire aux dépends des autres, ce n'est pas toujours la meilleure manière de se faire apprécier alors on t'a dit d'arrêter, de te contrôler et très franchement ; t'essayes d'écouter. T'es un peu une tête brûlée, tu l'avoues, mais t'essayes d'écouter.

Si t'es comme ça, c'est juste parce que tu n'es pas trop doué avec les mots ; tu sais aligner trois phrases mais t'as toujours l'impression qu'elle ne trahisse que très rarement tes sentiments. C'est comme si tu es incapable de faire passer ce que tu ressens dans ce que tu dis ; c'est dur de s'exprimer, c'est dur de se comprendre comme c'est dur de comprendre les autres et c'est peut-être pour ça que tu n'as jamais été qu'à l'aise dans ta pauvre rêverie, dans ta pauvre niaiserie. C'est peut-être aussi pour ça qu'on a toujours dit que tu étais un peu comme un loup solitaire, dur à comprendre et pas vraiment doué pour se faire comprendre non plus, même si tu n'as jamais vraiment compris ce que ça voulait dire ni même pourquoi on se devait de classer les personnes dans des catégories pour les différencier. Ils ont toujours dit que tu n'étais pas doué quand il s'agissait de relations humaines et peut-être qu'à force de les écouter, tu t'es conditionné seul. T'as fait le muet pendant des années, le solitaire, le mec un peu trop froid et pas forcément plaisant à regarder alors finalement, t'étais juste seul. Tu l'es toujours, d'ailleurs, seul. Tu dis que tu préfères ça à de la compagnie, mais en fait c'est juste que tu n'as pas le choix alors tu t'es très certainement fait une raison. Tu t'es dit que ce n'était pas grave et tu t'es dit que tu devais savoir profiter malgré ça ; tu vies ta vie, disent-ils et tant pis pour les souvenirs, tant pis pour les rires et les sourires.

C'est un peu comme ça qu'on t'a élevé à vrai dire ; t'es le genre de gosse à qui on a dit que si tu ne veux pas faire quelque chose, tu ne le fais pas du coup tu ne forces jamais quand tu n'as pas envie au plus grand damne de tu ne sais qui. T'es juste comme ça. Pas vraiment tire au flanc mais plutôt partisan du moindre effort. Enfin, tu ne sembles pas vraiment le genre de personne à qui on en demande beaucoup de toute manière, avec cet air un peu renfrogné, complètement blasé. On ne sait jamais à quoi tu penses et peut-être même qu'on ne veut pas savoir à vrai dire ; t'es juste l'air un peu ailleurs, un peu bizarre, un peu différent des fois et finalement, on préfère te fuir que te suivre. T'as appris à te confier autrement,  t'as appris à te confier avec tes poings, un peu trop peut-être, et jamais les bons sentiments mais tant mieux à celui qui comprendra, tant pis à celui ne verra rien et merci à celui qui comprendra qu'un coup peut être une si belle déclaration. Si tes sentiments sont beaux alors c'est peut-être tout ce qui te satisfait.

On ne peut trahir une vérité, t'es pas du genre à mentir de toute manière et à vrai dire t'es peut-être parfois trop franc. Tu sais que ça joue des tours, tu sais qu'il ne faut pas forcément dire tout ce que tu veux, tout ce que l'on pense et pourtant il semblerait que tu n'aies aucun filtre quant à ce qui traverse tes lèvres. T'as pas forcément envie de créer de faux espoirs, de faire sembler d'aimer quelqu'un ; t'as pas non plus envie de passer pour le méchant de service mais tu sais que si tu n'aimes pas quelqu'un, tu lui diras et malgré tout ce que ça peut t'apporter, tu ne reviendras que très rarement sur tes paroles. T'es un peu buté sur certaines choses et même si l'on essaye de te faire changer, même s'ils essayent de te convaincre de te taire c'est un peu difficile. Alors c'est peut-être aussi pour ça que tu n'as pas d'amis, un truc du genre, enfin c'est ce qu'ils disent.

Mais la vérité c'est que t'es aussi un gosse comme un autre au fond, t'as envie d'apprendre la vie, t'es d'une curiosité sans fin -le genre de gosse à demander pourquoi et pourquoi et pourquoi encore et encore pour savoir le fin mot de l'histoire, même quand il n'y en a pas. T'es un peu joueur, un peu boudeur, pas vraiment méchant mais c'est comme qu'ils l'ont décidés et tu sais qu'il est dur de faire face aux idées des autres, tu sais qu'il est dur de changer une première impression. Mais tu te dis que peut-être c'est le destin ; parce que t'y crois un peu à ce genre de choses. T'es pas certain que c'est comme ça qu'il faille voir la vie mais tu es du genre à te dire qu'on ne peut rien faire contre ce qui a été écrit, rien faire contre le chemin tracé ; on aura beau prendre des détours et des raccourcis, on reviendra toujours sur la route principale et c'est certainement ce qui est effrayant. Toi tu veux pas sortir de cette route, tu te dis qu'au final ça ne sert à rien. Un peu fataliste, tu te dis qu'on est là pour vivre et crever et qu'on a pas vraiment le choix, qu'on a pas les moyens de résister, juste celui de faire reculer l'échéance et ce n'est pas ce qui t'intéresse, de repousser les limites. Tu te dis que c'est plus dur encore de vieillir, de se dire qu'un jour après l'autre on se rapproche de la mort.  Alors tu vis et ce n'est pas plus un fardeau qu'autre chose, juste une histoire sans grand but que celui qu'on vous a imposé et tu rigoles un peu au nez de ceux qui se croient éternel. Toi, tu sais que tu n'es pas éternel.  

✩ Ce qu'il préfère chez lui, physiquement ou non ? : Tu adores tes sourcils. Il y a un truc à propos de tes sourcils, tu ne peux pas vraiment l'expliquer -et tu ne cherches pas à l'expliquer non plus. Ton sourire, tu aimes beaucoup ton sourire. Tu aimes tout les sourires.
✩ Son moment de la journée préféré ? : Les heures tardives. Tu aimes voir les ombres se dessiner pendant que tu cuisines, tu aimes voir les visages changer, la population se transformer, les vieux laisser place aux jeunes, les jeunes laisser place au vide, le silence soudain et le vent parfois qui se fait taquin. C'est ce que tu préfères.  
✩ Quelle est sa plus mauvaise habitude ? : Tu n'as rien d'original, ta plus mauvaise habitude est certainement la boisson. Et elle est mauvaise parce que ça ne devrait pas être une habitude.
✩ Est-ce qu'il a une passion dont il ne parle pas ? : Les manhwa érotique. Pas parce que tu es un adolescent frustré qui aime se toucher en regardant des seins dessinés, mais parce que ça peut parfois être réellement intéressant -c'est une vraie passion, quelque chose qui ne s'explique pas vraiment et tu n'as de toute manière pas vraiment envie de l'expliquer -c'est sûrement pour ça que tu n'en parles jamais.
✩ Plutôt du genre à s'endormir directement ou à se faire trois films dans sa tête avant ? : Tu es du genre à fermer les yeux et t'endormir, une vraie loque, une vraie masse. N'importe quand, n'importe où, tu peux t'endormir dès que cela t'arrange. Certains disent que c'est pratique, d'autres pensent que tu devrais faire autre chose de ta vie. Toi, t'aimes juste dormir.
✩ Sa plus grande peur ? : Tu n'es pas du genre à avoir des peurs métaphysiques, ce qui doit arriver arrivera -tu ne sais même pas ce que métaphysique veut dire en réalité, alors tu ne peux pas en avoir peur. Mais tu n'as pas peur de grand chose non plus, tu es peut-être trop fataliste pour ce genre de choses, ou peut-être que tu ne réfléchis pas assez. Tu as peur de toi le matin quand tu te regardes dans le miroir, c'est franchement effrayant.
✩ Comment est son écriture ? : Idiote. C'est tout ce qu'on peut dire de ton écriture. Elle n'est pas très jolie, un peu tremblante, un peu maladroite, les lettres se cognent parfois entre elles à la recherche de soutien. T'as l'écriture qui tombe en ruine, c'est étrange.
✩ Gaucher, droitier, ambidextre ? : Droitier. Tu es comme tout le monde. Rien de bien extravagant.
✩ Est-ce une personne souriante ?  : Très souriante, trop peut-être même parfois. Ca donne envie de lui mettre des claques. Mais il faut bien ça pour faire tourner son business, alors le sourire que tu affiches n'est jamais vraiment sincère, toujours un peu forcé, un peu commercial, un peu trop propre pour être sur ton visage.
✩ Quelque chose qu'il ne supporte pas ? : Tu pourrais dire plein de choses intelligente, les inégalités dans le monde, la pauvreté, les autres. Mais tu fais parti de tout ce monde, toi aussi, alors tu es obligé de le supporter. Quelque chose qui vraiment te met hors de toi, c'est le chien des voisins. Il n'a de cesse d'aboyer quand tu passes et chaque fois, te voilà à presser le pas, si ce n'est à partir en courant, tu ne m'auras pas !
✩ Est-ce que sa vie actuelle lui plaît ?  : Non, oui, peut-être. Des choses te plaisent, d'autres te manquent. Mais c'est un peu comme ça quand on choisit de vivre comme tu l'as fait, alors il faut simplement assumer. Tu n'as pas le droit de te plaindre.

But I hope you aren’t hurting as much as me

Tu n'aimes pas les nouilles en général, c'est pas très bon, ça n'a pas vraiment de goût non plus Tu as eu du mal à apprendre à manger avec des baguettes Tu ne peux pas manger épicé, tu as un peu l'impression de mourir à chaque fois, mais tu le fais quand même parce que t'es un vrai bonhomme quand même Tu chantes sous la douche, beaucoup trop fort, beaucoup trop faux, et les voisins n'apprécient pas vraiment   T'as une hygiène de vie discutable, la douche n'est clairement pas ta meilleure amie Tu vies d'ailleurs dans un autre monde, à l'envers des autres, t'es là la nuit, tu dors le jours, ou tu ne dors pas vraiment, on ne sait pas Tu as la fâcheuse manie de te battre pour un oui, pour une non, un regard de travers et tu ne sais pas trop ce que ton poing fait sur le visage de l'autre mais il est là, t'as le sang un peu trop chaud Tu as peu des chiens, des petits chiens, des gros chiens... Mais surtout des petits chiens, ils courent trop vite, font du bruit, et avec leurs gros yeux qui ressortent, ils sont terrifiants Tu ne t'es jamais vraiment intéressé à l'art avant d'arriver à Gwangju et ta sensibilité artistique est proche de zéro mais parfois, il te plaît de regarder faire les autres, c'est reponsant Tu aimes regarder les étoiles et c'est une chose que tu ne regrettes pas, après ton départ de Séoul, le ciel ; tu le vois si bien, si clair, et tu pourrais même en compter les petites lumières Au premier regard, ton air hautain te donne souvent l'air inaccessible, inapprochable, mais tu n'es qu'un idiot Tu fumes parce que c'est cool de fumer à la sortie d'un club, parce que c'est plus facile pour aborder quelqu'un, parce que c'est toujours une bonne excuse la cigarette, c'est même une bonne excuse pour mourir Tu ne portes jamais une paire de chaussette assortie, parce que quand tu l'as fait, tu n'as jamais eu de chance... Tu as quitté Séoul, la dernière fois que tu avais les mêmes chaussettes aux pieds Il y a bien une chance qu'on ne peut pas te reprocher, c'est ton sens de la mode et c'est d'ailleurs peut-être la seule chose de bien que tu fais, t'habiller, le reste on se pose encore quelques questions Les tabliers que tu portes sont toujours très colorés, toujours très rigolos, tu passes ton temps à faire les boutiques pour en trouver La technologique, c'est pas vraiment ton truc, tu dois l'avouer, tu n'y comprends rien. Téléphone ? SMS ? Instaquoi... ? Parce que les petits jeunes de ton quartier te l'ont fait découvrir, tu sais que tu as ça quelque part, mais comment t'en servir... C'est une autre histoire.

DERRIÈRE L'ÉCRAN


Admin toute puissante.


Code:
» <b>XIUMIN (KIM MINSEOK)</b> ✩ <a href="http://trymyluck.forumgratuit.org/u3">Yeo Kwangryul</a>



hit me up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yeo Kwangryul
Sweet Sugar, Honey
avatar



MessageSujet: Re: The Little Prince told me that gaining someone's heart is the hardest thing to do ϟ Kwangie   Jeu 8 Fév - 20:23



slowly, the gathered memories, I will slowly forget them.
Andante



Mille histoires, mille mots. C'est ce que tu entendais quand tu prenais le métro. Des gens qui parlent trop forts, des filles qui rigolent, des hommes qui chuchotent, des adolescents qui se mettent à crier et des enfants à pleurer. La vie était compliquée, la vie était serrée. Il fallait aller vite, très vite.
Ne pas rater la marche.
Faire attention aux portes qui se ferment.
Faire attention aux hommes qui se serrent.
Aux femmes qui s'approchent.
Il fallait faire attention au monde autour de toi sans que jamais le monde autour de toi ne fasse attention.  

Ils ont toujours dit que tu n'étais pas fait pour cette vie-là, que tu n'étais pas à ta place. Les gens, c'est pas pour toi. Tu devrais aller ailleurs, partir loin.
Ils te demandaient de tout abandonner pour arrêter le massacre.
Pour que tu cesses de faire des vagues.
Ils ne te demandaient pas d'y aller pour ton bien, mais pour le leur.

Le monde est égoïste.

Et toi, tu étais énervé contre le monde, tu voulais lui donner des coups de pieds au monde, alors tu donnais des coups de pieds aux gens qui le composent. Comme dans des ballons, tu espérais les faire voler.
Mais c'est toi qu'on a fait voltiger.
Un coup mal placé, et c'est le ciel que tu voyais.
T'étais nul, naze, bidon. Tu ne servais à rien, même avec tes poings tu n'étais pas très doué. Mais c'est comme ça que tu faisais.
C'était révolution, ta façon de secouer le monde. Tu secouais les autres et tu te faisais secouer.

Tu es égoïste.

Tu n'as jamais pensé aux conséquences de ta vie, tu n'as jamais pensé que tu pouvais affecter les autres. Tu vivais comme tu l'entendais, mais tu étais sourd pour les autres. Tu ne voulais comprendre leurs mots, leurs maux, tu ne voulais rien savoir.
Il n'y avait que toi qui existait.
Il n'y avait que tes problèmes.
Il n'y avait rien du monde des autres, qu'un morceau du tien.
Mais tu ne comprends pas, tu ne vois pas ? Ils s'en fichent tous de toi, ils s'en fichent de contre quoi tu te bas et pour qui tu le fais. Tes raisons sont stupides, tu es stupide.

Mais tu es sourd, Kwangryul, tu n'entends rien. Le bruit de tes cris, c'est tout ce que tu entends, et le silence n'est que plus bruyant encore quand tu veux l'ignorer. Il vrombit dans tes oreilles quand tu te tais, dis quelque chose, défends-toi, vie. Fais quelque chose.
Dis-leur que tu défends les belles choses, que tu défens tes valeurs, que tu défens ta vie.
Dis-leur, que tu ne fais ça pour rien.
Mais tu ne dis rien, parce que tu ne parles pas. Parce que tu préfères les laisser penser n'importe quoi.
Tu as fini de te battre avec la langue ; il n'y a que le corps qui compte.

Puis un jour t'es parti.
T'as pas eu le choix.
On t'a dit tu détruis tout, tu détruis les autres, tu détruits ta vie, regarde donc les choses en face, sois réaliste, cesses tes gamineries, tu n'as plus l'âge de mener des révolutions.
Regarde autour de toi, il n'y a plus rien.
Tu as détruis ta vie.

Alors t'es parti.
Détruis.


hit me up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Little Prince told me that gaining someone's heart is the hardest thing to do ϟ Kwangie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Melée ... ou pas] Someone told me Lord Tywin shits gold
» Mon ellowyne à Collioure !!! (basique blonde 1)
» Google EARTH & NABAZTAG - Evolution et Reflexions
» Sinestra (my telle tale heart de nic) nouveau look
» [Fan-fiction] Le très Haut Conseil BIONICLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Try My Luck :: What's Poppin' ? :: Présentation ::  With You-
Sauter vers: