Partagez | 
 

 imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju


Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jo Ilkwon
Tête De Moineau
avatar



MessageSujet: imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju   Lun 19 Fév - 0:39



IMAGINE THE LANDSCAPE OF YOUR SORROWS
So I'm coloring my face while I am here with you, imagine the landscape of you sorrows, is it yellow or blue ?

L'hiver. C'est le vent qui te glace la peau, la pluie qui mouille tes os, c'est la neige, un ciel blanc et la nuit qui tombe trop tôt. Pourquoi t'aimes tant l'hiver Ilkwon ?

T'es seul, l'hiver, Ilkwon. Y a pas un chat dans les rues, les gens préfèrent dormir, rêver aux arbres en fleurs et au chant des oiseaux. Y a quelque chose de réconfortant quand tu te glisses sous la couette chaude, tu fermes les yeux face aux froides révélations que te fait l'hiver: T'es seul. Mais t'es comme les autres, tu sais ? T'es ému quand t'apprends que les autres aussi vivent cette mélancolie glaçante quand l'automne se barre, tu te sens un peu moins spécial mais ça te rassure.

Inconsciemment, c'est peut-être ça que t'aimes. Tout le monde est pareil, tu te rapproches beaucoup plus vite des autres quand tu te sens seul, tu n'échappes pas à ça, Ilkwon.

Le silence ne te dérange pas, au contraire, il t'apaise plutôt. Tu n'es pas obligé d'écouter de la musique en permanence, d'entendre le monde discuter mais tout de même, tu finis toujours par avoir besoin de parler, toi.
Tu n'es pas difficile, tu ne demandes pas vraiment d'attention. Tu peux parler à ton chat, aux passants, même à ta voisine quand elle s'endort sur sa terrasse. Tu n'as pas besoin qu'on t'écoute mais tu as besoin d'une présence, de quelque chose qui vit à côté de toi.
Mais depuis ce matin, tu n'as personne à qui parler. Même les oiseaux se cachent de l'hiver. Et tu t'ennuies. Tu t'ennuies dans cette cour trop grande quand déserte, tu t'ennuies dans ces couloirs trop sombres, tu t'ennuies quand tout est enfin trop propre et que tu n'as plus rien à faire sinon contempler ta solitude.

Alors tu vas chercher un peu de compagnie, un peu de chaleur.



<333



Tu ne sais plus vraiment comment vous êtes devenus amis (parce que vous êtes amis, tout le monde est ton ami), ni pourquoi. Tu t'en fiche pas mal. Tu l'aimes bien ce garçon silencieux, tu aimes bien le voir dessiner, le voir sourire parfois. Mais honnêtement Ilkwon, y a-t-il des choses que tu n'aimes pas ?


Arrête de sourire, c'est quelque chose que tu entends un peu trop souvent. Tu ne comprends pas vraiment ce qu'on te reproches. Sourire c'est mieux que pleurer, non ? Tu de demandes si ton ami il pleure des fois, quand il ne peut pas sourire.
Quelqu'un -tes parents, tes voisins, un passant, tu ne sais plus- qu'il ne faut jamais être dans l'excès, qu'on profite plus quand on a pas l'habitude. Quand tu le vois sourire, tu te dis que c'est sûrement le cas.

L'odeur du café t'apaise. La chaleur de l'endroit t'endort agréablement et tu te dis que tu aimerais passer des journées entières ici.

Tu es rassuré quand tu vois ton cadet derrière la caisse -pas que tu n'aimes pas ses aînés, et c'est avec ton éternel sourire -d'idiot, que tu t'affales contre le comptoir qui vous sépare.

« Kiju ! », que tu t'exclames. Peut-être un peu trop enjoué, un peu trop réveillé par ce froid endolorissant et peut-être que tu le déranges parce que lui il bosse sérieusement, parce qu'il ne veut sûrement pas finir sa vie à Gwangju. « Tu vas bien ? T'as pas trop froid ? Bah non, 'fait chaud à l'intérieur, t'as de la chance de travailler ici. Moi j'suis toujours dehors l'hiver, pour enlever la neige et tout, j'vais tomber malade à force, en plus mes voisins viennent jamais me voir. », tu réfléchis pas avant de parler, tu réfléchis pas tout court, c'est ce qui se dit dans le voisinage. Tu ferais mieux de te taire, il t'as rien demandé lui, il veut juste un peu d'argent.

« Ah, j'vais prendre un café noisette. Euh.. Un grand. Steuplé ! » tu souris encore, à t'en faire mal à la mâchoire, et t'as l'regard plein d'espoir. « Eh, tu veux pas prendre un café avec moi au lieu de rien faire derrière la caisse ? J'suis sûr qu'il fait trop froid pour que les gens sortent de chez eux, y aura pas beaucoup de clients. »
code by bat'phanie



i'd color your heart

colouring the sky, the trees, the clouds, and the moonlight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yang Kiju
avatar



MessageSujet: Re: imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju   Mer 21 Fév - 17:46




Tes yeux vairons grands ouverts, tu scrutes la tâche au plafond, laissant un soupir t'échapper. Soupir qui exprime ta flemme de bouger. Oui, aujourd'hui, tu dois te rendre au café. Ton nouveau travail depuis deux semaines. Ilkwon, t'a trouvé cet emploi. Il faut dire que ton ami ; parce que oui, curieusement, tu le considères comme tel ; t'a bien aidé à ton arrivée.

Arrivée qui s'est faite dans la précipitation. Tu venais de fuir l'île de Jeju. Ton paternel te poursuit, où que tu ailles. Jamais tranquille, toujours sur tes gardes. Et tu sais très bien pourquoi cet homme sera toujours à ta recherche. Après ta convalescence, tu l'as entendu hurler ces mots à ta grand-mère. « Même si kiju est alité, c'est mon fils ! mon unique fils ! À mon plus grand malheur, j'aimerais toujours cette femme qui a procréé cet enfant ! C'est la seule chose qui me reste d'elle ! » Et tu t'es demandé pourquoi cet homme ne prenait pas soin de cette chose. La génitrice de ton père a répondu à ta question « ,Mais cet enfant est fruit d'adultère. Tu ne l'aimeras jamais comme ton fils. Regarde son visage, son corps, tes mains le marque d'un péché qu'il n'a commis. Je n'ai pas élevé mon fils de cette façon. » Après cet événement, tu as fui ; simplement avec un sac à dos, et ta dix-septième année, à peine entamé.

Cet emploi, tu en as besoin ; manque d'argent. Pourtant ce matin, ton envie reste absente. Ton yo ; lit typiquement coréen ; demeure moelleux et tu as cette sensation de te faire engloutir par sa chaleur. Seulement, ça fait bien une bonne demi-heure que tu es réveillé. Le stress ? Non, ça fait bien deux semaines que tu y travailles. Une intuition ? T'en as pas. Tu ne sais pas ce que tu as ce matin. Tu te sens différent. Un manque de quelque chose, ou plutôt de quelqu'un. Et tu te décides enfin à bouger, lorsque ton vieux téléphone sonne l'heure à laquelle, tu devais émerger de ta nuit.

Et maintenant, tu es là, devant ton comptoir, à attendre les clients. Parce que tu as fait toutes les tâches que tu avais à faire. Tu cherches même à effectuer une autre mission. C'est vrai qu'à cette heure matinale, il n'y a pas grand monde. Cependant, la sonnette du café retentit, t'informant qu'un client est rentré. Comme bon employé que tu es, tu t'inclines légèrement, le saluant de la phrase officielle du café. « Bienvenue au caffé bene ». Ton timbre n'est pas vraiment enthousiaste, plutôt grave, même blasé. Ce n'est pas ton jour. « Kiju ! » Tu reconnais cette voix. De toute façon, y'en a qu'une comme celle-ci. Et ce n'est que lorsque tu relèves ton visage que tu tombes sur un Ilkwon avachi sur ton comptoir. argh. Tu ne sais pas si tu préférerais t'ennuyer ou être en présence de cet énergumène, bien trop agité pour toi, ce matin. Tu ne dis rien, comme à ton habitude. Tu le laisses parler ; parce que tu préfères écouter. Et puis avec Ilkwon, tu n'as pas vraiment le choix. « Tu vas bien ? T'as pas trop froid ? Bah non, 'fait chaud à l'intérieur, t'as de la chance de travailler ici. Moi j'suis toujours dehors l'hiver, pour enlever la neige et tout, j'vais tomber malade à force, en plus mes voisins viennent jamais me voir. » Et finalement, tu ne peux empêcher un léger sourire naître sur tes lèvres. Intérieurement, tu apprécies sa compagnie, toujours de bonne humeur, toujours à parler, toujours à rire. Et parfois, tu te demandes, si Ilkwon va réellement bien. Tu t'inquiètes pour ton ami. Mais tu ne dis rien. Parce que vous n'êtes pas aussi proche, vous ne vous confiez pas sur vos vies. Peut-être qu'un jour, tu te permettras de lui poser des questions. Peut-être que tu réussiras à t'ouvrir.

Et tu n'as pas le temps de poser ta question d'employé que tu as déjà ta réponse. « Ah, j'vais prendre un café noisette. Euh.. Un grand. Steuplé ! » Sans plus attendre, tu attrapes le porte-filtre pour mettre la dose de café nécessaire dans celle-ci, avant de l'insérer dans la machine. « Eh, tu veux pas prendre un café avec moi au lieu de rien faire derrière la caisse ? J'suis sûr qu'il fait trop froid pour que les gens sortent de chez eux, y aura pas beaucoup de clients. » C'est tout Ilkwon, ça. Comment veut-il que tu gardes ton job, si tu prends déjà une pause et qui plus est avec un client. « Je suis désolé, mais j'peux pas faire ça.. j'veux pas être viré comme la dernière fois. » soupires-tu à ton ami. T'aimerais bien qu'il lâche l'affaire, mais tu ne sais pas pourquoi, sa présence dans ce café est loin d'être terminé. « Je suppose que tu prends ton café sur place. » Tu souffles ces mots, déjà la main sur la tasse grand format, qui accueille rapidement le nectar brunâtre. Quelques minutes plus tard et des gestes assurés ; « Voici, votre grand café noisette. » dis-tu, d'un ton solennel. Après tout, tu es au travail. Tu ne dois pas faire de différence entre ton ami et les clients. Tu poses la grande tasse, remplie de la boisson chaude avec une pointe de crème, sur un plateau, devant Ilkwon. « Tu sais bien comment ça s'est terminé la dernière fois que tu es venu me voir à mon travail.. » soupires-tu, de nouveau. Aujourd'hui, tu en es abonné.

Oui, ce n'est pas la première fois qu'Ilkwon te rend visite à ton travail. La dernière fois, c'était à la supérette. Ilkwon est venu, et il s'est mis à te poser des questions sur toutes alimentations. Tu as fini par élever la voix contre lui. « écoute, j'ai pas le temps pour tes questions, j'bosse là ! » Seulement, le patron est rentré au même moment. Tu as été viré sur-le-champ. Et pour se faire pardonner, Ilkwon t'a trouvé ce job de serveur dans ce café. Encore faut-il que tu arrives à le garder. Pas sûr avec cette bouille faussement innocente face à toi.
 



delicate boy
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jo Ilkwon
Tête De Moineau
avatar



MessageSujet: Re: imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju   Lun 26 Fév - 22:20



IMAGINE THE LANDSCAPE OF YOUR SORROWS
So I'm coloring my face while I am here with you, imagine the landscape of you sorrows, is it yellow or blue ?

T'es impossible, tu connais pas les limites, ou tu les ignores plutôt. T'es pas si naïf que ça, t'es pas aussi con que certaines personnes le pensent, la vérité c'est que t'es mal élevé. T'es bien gentil, t'es souriant mais t'es un sale gosse. La politesse, ça te dit rien, les 'bonjour' et 'merci' c'est une perte de temps. Tu fermes les yeux sur toutes les règles de vie, de société. Tes parents ils étaient sûrement pas prêts à avoir un enfant, ils voulaient la liberté eux, alors ils t'ont inculqué ça et maintenant, t'es plus libre qu'eux.
A quoi ça sert d'être libre pour être seul ? Pour que la plupart des gens t'ignorent ou te demandent de la fermer une bonne fois pour toute ?
Tu t'en fous de ce qu'ils pensent, t'es libre.

Mais il y en a qui ne sont pas comme toi, qui ont une vision différente de la liberté et qui travaillent dur pour l'obtenir. Ils sont ceux qui te frustrent, les rares qui te font froncer le nez. Ceux à qui tu aimerais proposer de partir à l'aventure avec toi et qui refuseront car ils ont sûrement mieux à faire.

Ce n'est pas grave, tu ne leur en veux pas. Tu ne râles pas quand Kiju s'excuse, tu ne comprends pas vraiment pourquoi il s'excuse, pourquoi les gens s'excusent en général. Les excuses c'est pour se rassurer, pour ne pas culpabiliser. Toi, tu ne cupabilise pas.

Tu prends ton café sur place, évidemment. Il te connaît, ça te fait plaisir, tu souris.

« Il a sûrement été surpris parce que ta voix porte ! », c'est sûrement pour ça qu'il l'a viré. Ce n'est jamais ta faute. « Tu devrais devenir chanteur, Kiju ! », et tu rigoles, l'attitude qui énerve les gens. Ton sarcasme n'est pas volontaire, tu n'y penses pas, peut-être que tu es aussi con qu'on le pense, finalement.

Tu tires une chaise de son emplacement initial jusqu'au comptoir, tu t'installes. Si il ne peut pas prendre de pause, tu peux toujours lui tenir compagnie. Il peut toujours te tenir compagnie.

« Tu finis à quelle heure ? » avec un peu de chance il finira assez tard pour ne pas t'avoir dans les pattes en rentrant chez lui. « Eh, j'ai commencé un truc. Tu sais, j'ai trouvé des contes norvégiens, c'est trop cool ! J'ai dessiné un peu. Tu sais. Pour les enfants. Un conte illustré ? » Tu t'embrouilles dans tes mots, soudainement incertain de ce que tu as déjà raconté ou non. « Tu crois que je devrais le vendre sur le marché quand j'aurai fini ? Tu devrais venir avec moi ! » Parce que tu ne veux pas être seul ou parce tu aimerais que ton ami se fasse un nom grâce à ses œuvres ? Tu ne sais plus trop. « Enfin bref, du coup la dernière fois, j'me suis dit qu'on devrait faire un truc ensemble mais du coup je me suis mis à penser à des enfants tatoués et c'est super drôle ! » et ça te fait rire, un peu trop, frénétiquement. Il ne t'en faut pas beaucoup, tu ris de tout. Et l'idée te plaît, réellement. Tu vises trop haut, l'impossible. Personne n'accepterait de faire tatouer son gamin, personne n'accepterait même de vous le confier. Mais tu es un rêveur, et tu rêves de travailler avec le plus jeune, parfois.
code by bat'phanie



i'd color your heart

colouring the sky, the trees, the clouds, and the moonlight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju   

Revenir en haut Aller en bas
 
imagine the landscape of your sorrows ❅ ft. kiju
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate-
Sauter vers: