Partagez | 
 

 ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée ๑ ft. misa


Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
No Hyeil
avatar



MessageSujet: ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée ๑ ft. misa   Jeu 22 Fév - 3:53

ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée
Comme tu bosses pas, tu t’étais planté devant ta télé à regarder un énième film de série B trouvé après une rapide recherche internet. T’aurais tout aussi bien pu être en train de jouer, les yeux rivés sur tes deux écrans qui trônent sur ton bureau mais t’avais rien de prévu avec personne alors tu pouvais t’en passer aujourd’hui. Au lieu de ça, t’es assis par terre, dans un jogging un peu trop grand pour toi et un vieux t-shirt que t’avais trouvé au fond de ton placard. T’es pas coiffé non plus, mais ça, tu l’es jamais vraiment. Les rares fois où tu l’es, c’est quand quelqu’un le fait pour toi. C’est à dire pas souvent.

Au final t’étais forcé de t’habiller. Y a quelques minutes maintenant, t’avais eu l’occasion de voir ton téléphone s’éclairer à la réception d’une notification. T’avais reçu un message et c’était quand même assez rare alors tu t’avais pris sur toi pour aller le lire. « Restes pas devant tes écrans sale larve et ramène tes grosses fesses tu sais où, on sort que tu avais pu lire sur ton écran. Aussi violent que ces propos puissent être, ils étaient débordant de vérité. Tu soupirais à l’idée de devoir sortir, mais tu n’avais pas vraiment le choix. C’était ça ou devoir chercher des excuses quand tu croiserais ta collègue une fois au boulot. Or si tu pouvais te l’éviter, tu le faisais.

Résultat tu t’étais changé. Ton jogging avait fait place à un simple jean noire, réhaussé par un pull en laine grisâtre. Tellement moins confortable que ta tenue précédente. Fatigué d’avance, tu t’empressais de configurer un réveil afin de ne pas oublier l’heure à laquelle tu devrais mettre une veste, tes chaussures, puis partir. Dans cet ordre bien précis. Sans oublier de nourrir tes félins sur le chemin. Tu te languissais déjà de leur présence à tes côtés.



Ton réveil avait fini par sonner son glas et tu te retrouvais désormais devant la porte si familière du café dans lequel tu bossais en ce moment. T’avais l’impression de jamais le quitter si bien qu’étrangement, t’étais à l’aise. Pourtant, t’es rarement à l’aise au boulot alors ça t’impressionne un peu. Tu joues sur ton téléphone avant d’entendre la dite porte s’ouvrir sur la silhouette de celle que tu attendais. Tes lèvres s’étirent en un sourire satisfait. « J’ai quitté mes écrans pour sortir où ? » tu lui demandes, parce que t’as jamais répondu à son message. Tu l’avais lu et t’avais direct reposé ton téléphone pour te concentrer sur ton film.
+ tag#hyeil #misa #café #je suis mauvaise pour les tags #lazyhyeil
+ notesj’espère que ça te va ♥️
BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arai Misa
avatar



MessageSujet: Re: ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée ๑ ft. misa   Jeu 22 Fév - 10:34


   
ft. Hyeil

   
Ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée

   
   

   

    C'était la même journée. Elle recommençait en boucle. Et tu le savais, tu ne pouvais plus le nier, jamais ça ne s'arrêterait. Tous les jours se ressemblaient. Dès que tu posais un pied sur le sol frais au matin, tu savais que tout allait recommencer. C'était une boucle, un cercle vicieux dont tu n'espérais plus sortir. Pourtant, aujourd'hui comme tous les autres jours, tu souriais. Tu semblais si heureuse. Pourtant, en réalité, tu n'avais juste pas le choix. C'était un jour de travail. Un de ces jours fatigants, que tu ne pouvais manquer. Même si le salaire versé était maigre, tu avais besoin de ce salaire. Et en y réfléchissant, ce n'était pas le pire des boulot. Alors tu ne t'en plaignais pas trop. La aussi parce que le choix ne t'était pas laissé. Tu voulais le garder.

Aujourd'hui comme tous les autres jours, tu avais essayé de compenser. Alors tu t'étais habillée au mieux, avais choisi tes vêtements scrupuleusement pour les quitter une heure après. D'ailleurs, l'uniforme n'était pas si mal. Il était mignonnet, et tes collègues le portaient bien. Alors tu devinais qu'il devait t'aller un minimum aussi. Tu avais maquillé tes yeux avec des pigments orangés, chauds, contrastant avec tes lèvres d'un rouge glaçant. Tes joues avaient pris une légère teinte pêchue, et ta peau semblait parfaite. Tu aimais ça, flouter ton visage. Le sublimer. Il n'était pas si vilain sans, mais il te semblait moins coloré. Et tu n'avais pas envie de paraître aussi fade que tu l'étais en réalité. Mais aussi, parce que tu ne voulais pas t'affronter.

L'aiguille de ta montre avançait lentement. Si lentement, qu'il te semblait qu'une nouvelle minute annoncée était la fin de dix dans la réalité. Aujourd'hui, il y avait peu de monde. Le café n'était rempli que par des habitués. Il fallait dire qu'aujourd'hui, c'était un jour de semaine. Un jour où beaucoup ne s'autorisaient folies et nouveautés. Et puis, beaucoup étaient comme toi et tes collègues présents : beaucoup travaillaient.

Tu te perdais, lorsque aucune activité ne t'était proposée. Tes réflexions étaient, comme à leurs habitudes, telles, qu'elles semblaient remplir la pièce à elle tout seul. Un bruit immense résonnait dans ta tête. Une sorte de bourdonnement incessant. Chaque fois, il te dérangeait les premières minutes. Puis tu apprenais à tout démêler, penser à une chose à la fois, même si c'était bien difficile. Et soudainement, tu songeas à ta soirée. Tu n'avais pas envie qu'elle débute. Tu la redoutais, parce que tu savais ce qu'il s'y passerait. Fuyarde comme tu étais, tu ferais tout pour l'éviter. Regardant autour de toi, tu te rendis compte de l'absence de l'un de tes collègues. Un sourire s'accrocha à tes lèvres, lorsque tu pensas au fait qu'il devait probablement ne rien faire, ou traîner devant ses divers écrans. Saisissant alors discrètement ton téléphone, tu écrivis en vitesse un message, où tu ne prenais ni la peine de dire bonjour ou au revoir, et appuyas directement sur envoyer. De toute façon, tu étais quasiment sûre qu'il ne répondrait pas. Comment avais-tu eu son numéro ? Tu n'en savais plus rien. Tu avais oublié, comme beaucoup de choses. Mais le principal était que tu te souviennes que tu l'aimais bien, lui. Il était la douceur incarnée. Il ressemblait à un garçon un peu paumé, il était maladroit, mais il était drôle. Sa compagnie était agréable. Et même si tu ne le connaissais pas vraiment très bien, tu aimais bien passer du temps avec lui. Il était cool, sans prise de tête. Et ce soir, tu avais besoin de sortir avec quelqu'un de cool. De pas te prendre la tête.

La fin de ton service sonna, annonçant à l'occasion ta remise en liberté. Chaque fois, tu étais comme un chat à qui on ouvrait la porte. Tu partais en courant, mais tu revenais toujours le lendemain. La différence était qu'un chat, c'était indépendant. Et toi, tu dépendais de ce travail.
Après avoir revêtu tes vêtements, qui n'étaient autres qu'une robe noire et une veste grise, tu t'empressas de quitter le bâtiment, pour retrouver ton collègue qui attendait devant l'entrée. Tu ne pu t'empêcher de remarquer que, comme d'habitude, il n'était pas coiffé. Et tu avais toujours trouvé ça cool. C'était un détail physique qui prouvait qu'il était cool, qu'il ne se prenait pas la tête. Peut-être que ce détail aidait son allure. Lui souriant, tu ne fus pas surprise lorsqu'il t'adressa la parole sans même te dire un bonsoir. C'était comme ça. Pas besoin de se saluer, ce n'était que formalités servant à perdre du temps.

«  Sincèrement ? J'en ai aucune idée, tu vois. On sort, c'est tout. T'as pas mangé je suppose, tu veux commencer par ça ? »

Tu parlais beaucoup. Trop, parfois. Souvent. Mais tu comblais le vide. Tu ne faisais pas partie de ceux qui économisaient leur salive, ou qui s'abstenaient de dire des choses inutiles. C'était pas ton truc, et les gens devaient s'y faire. Parce qu'après tout, tu les emmerdais un peu. Beaucoup, d'ailleurs. Et ce soir, t'allais sûrment lui foutre la honte, à ton collègue. Peut-être qu'il voudrait plus jamais sortir avec toi. Mais tu avais l'intention de t'amuser, et si cela passait par crier, ou faire des trucs carrément bizarres, tu n'allais pas te priver. Le pire dans tout ça, c'est que tu avais conscience de la honte que tu procurais aux gens. Mais ça te faisais marrer. Parce qu'ici, beaucoup étaient coincés.

Fixant les cheveux de ton camarade, tu ne pu t'empêcher de laisser échapper un léger rire. Ce n'était pas de la moquerie, c'était gentillet. Tu le charriais, et il en avait sûrement désormais l'habitude. Cela faisait un petit moment, que tu travaillais à ses côtés. Du moins, assez pour qu'il ait comprit un peu comment tu fonctionnais.

« T'as changé de coupe, aujourd'hui ? Lui lanças-tu en riant. »

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ta journée de repos se transforme en soirée mouvementée ๑ ft. misa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate-
Sauter vers: