Partagez | 
 

 Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe


Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Arai Misa
avatar



MessageSujet: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Ven 23 Fév - 21:37


   
ft.Tomoe

   
Journée merveille, journée pépite.

   
   

   

Journée de Soleil, journée de merveilles. Journée pareille à la veille.

Travail terminé, journée à peine commencée. Aujourd'hui, tu as fais ton service tôt. Tu as terminé aux alentours de midi, tu ne sais pas vraiment. Tu ne comptes plus les heures que tu tues au travail. Tu ne comptes plus les heures que tu passes là-bas, à côtoyer ces gens que tu vois probablement plus souvent que tes amis. Amis peu existants, peut-être en est-ce la raison. Tu es du genre à sortir seule. Du genre à répondre pourquoi ? quand on te dit que tu ne devrais pas sortir seule, et encore moins la nuit. Quand on te dit que tu es une jeune fille, que tu dois faire attention, que c'est dangereux. Mais toi tu flirt avec le danger, tu défie l'autorité. Elle n'a jamais eu de place dans ta vie, pourquoi en aurait-elle une maintenant ?

Tu erres dans les rues, comme à ton habitude. Tu fais n'importe quoi. T'as l'air bien, comme ça. Tu t'arrêtes discuter avec des inconnus, parfois. Ils te répondent, où te regardent bizarrement. Mais ça te fais marrer, toi. Parce qu'ils sont coincés. Il se prennent pas pour de la merde, les gens de la haute société. Les gens friqués, nés avec une cuillère en or dans la bouche. Pourtant, toi aussi tu les regarde de travers. T'aimerais qu'ils cessent de vous mépriser, toi et les autres. Mais vous en faites tout autant de votre côté, parfois. Vous vous écartez volontairement. La frontière, vous la créez ensemble. Mais toi, t'as une relation particulière avec ces messieurs et mesdames de la haute société. Un jour, ils t'ont observée, en passant tranquillement, le café en main, leur sac de marque sur l'épaule, pendant que toi, dehors, tu crevais de faim. Pendant que tu crevais de faim, de froid, de soif. Ils ont rien fait pourtant, alors tu le leur rendras. Tu ne feras jamais rien pour eux. Tu les emmerde. Profondément.

Tu marches, tu ris, tu cris. Tu dérange. Tu dérange toujours, quand tu passes. Tu fais honte. Les gens détournent les yeux, soupirent. A force, ils connaissent ton visage. Ils te tournent le dos quand ils te voient. Ils te fuient comme la peste. Si personne n'a jamais vu tes parents, c'est parce que t'es le croisement entre la honte et la décadence. Ouais, t'es juste un croisement, comme les chiens qui n'ont pas de race. Dans le langage courant, c'est des bâtards. Toi, t'es un peu différente. T'es une bâtarde. Y a pas de s, juste un e en plus. Un e en raison de tes seins, et ce qui te sers à travailler la nuit. Apparemment, ce qui caractérise ta féminité.

Ce soir, t'as envie de provoquer. Et tu vas sûrement pas te gêner. Parce qu'en réalité, t'es juste frustrée. Les gens diront que tu as besoin qu'on fasse attention à toi, et ils auront raison. Ils diront que tu es désespérante, et ils auront raison. Mais tu fais de ton mieux. C'est pas quelque chose qu'on soigne. On y remédie pas comme ça. T'es née comme ça, tu crèveras comme ça aussi. Ils ne te changeront pas.

Tu as vu son regard. Tu l'as senti. Et tu te dis que c'est lui. Il t'appelle. Inconsciemment, tu l'as déjà choisi. Ce sera lui, que tu vas déranger. Que tu vas mettre mal à l'aise. Tu cherches. Tu cherches toujours, toujours plus. Tu es jeune, et c'est pas une raison. Parce que ça rentre dans le cliché. Tu ne te crois pas tout permis seulement parce que tu n'as que vingt-et un an, loin de là. Un de tes sourcils s'arque. Tu l'interpelles.

« Y a un problème, pour que tu me regardes comme ça ? J'ai quelque chose sur mon visage, ou c'est juste ma beauté qui te frappes ? Tu marques une pause, détaillant son visage. Puis tu te rends compte. Eeeeeeeeeh, mais c'est toi le frère de la connasse là. Dis-moi, t'es aussi con qu'elle, c'est pour ça que tu regardes les gens comme ça, c'est de famille, c'est ça ? »

Tu ne réalises pas ce que tu dis. Tu ne pèses pas tes mots. Tu ne pense jamais à leur impact. Parce que tu t'en fous. Tu te fous tellement de tout, que tu te retrouves à emmerder les pauvres gens dans la rue. Mais y a que ça qui t'amuse. Les voir bégayer, s'excuser, ou partir, outrés, la tête haute. Par contre, tu détestes quand ils t'ignorent. Tu as l'impression qu'autour de toi, les gens rigolent. Qu'ils se moquent. Et tu es forte, personne n'a le droit de se moquer. Pourtant, dans ces moments là, tu retournes à l'enfance que tu n'as jamais eu. Tu as presque envie de pleurer. De honte ou de colère, tu ne sais pas. Mais tu ne lâches jamais.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishikawa Tomoe
avatar



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Sam 24 Fév - 14:01

Journée merveille, journée pépiteTomoe & MisaUne journée de cours terminée, encore une. Les journées défilent, s’enchaînent, se ressemble, et pourtant le jeune nippon ne semble pas s’en lasser. Il aime aller en cours, il aime apprendre, il sait que c’est dans le but de pouvoir un jour exercer le métier de ses rêves, vétérinaire. Certes, il y a des métiers bien plus prisés, des métiers qui font plus envie, mais pour Tomoe, vétérinaire, c’était son rêve, un rêve de gosse. Soigner des animaux, s’occuper d’eux, il aimait ça depuis son plus jeune âge. Dès qu’il avait eu l’âge de pouvoir aider en tant que bénévole au refuge pour animaux, il l’avait fait. Il aimait passer du temps avec les animaux, quel qu’ils soient. Bien qu’il avait une passion pour les tortues, chose que peu de gens de son entourage semblaient comprendre, mais il adorait les tortues, il ne quittait jamais sa tortue en peluche qu’il avait décidé de nommer Kame. Un nom assez ironique pour une tortue, Kame étant le mot japonais désignant les tortues. Mais il n’avait pas trouvé plus original. Son sac sur le dos, il prit le chemin du refuge, comme chaque jour après les cours, il allait aider à s’occuper des animaux. Il aimait promener les chiens du refuge. Eux aussi semblaient aimer ça.

Il arriva au refuge un quart d’heure plus tard, il déposa son sac dans un vestiaire et se lava les mains avant d’aller aider, après avoir saluer les autres personnes présentes. On lui demanda d’aller s’occuper de petits chatons, encore tout jeunes et non sevrés. Il s’y attela aussitôt, il aimait voir ces petites boules de poils, jouer avec eux. Il suivit les instructions que le propriétaire du refuge lui donna et s’occupa des chatons, les stimulant pour qu’ils fassent leur besoin, les nourrissant, le sourire aux lèvres. Il fondait littéralement pour ces petites bêtes. Il joua ensuite avec des chatons, sevrés cette fois. Il rêvait de pouvoir adopter un animal, mais il n’avait pas la place dans son appartement et n’avait pas les moyens de s’en occuper. Bien sûr, avec l’argent de son beau père, il pouvait facilement se le permettre, mais Tomoe refusait de demander de leur demander de l’aide, il recevait déjà assez de sa mère, trop même, argent qu’il donnait souvent à des associations qui aident à lutter contre la maltraitance faite aux animaux, mais aussi au refuge, pour qu’il puisse continuer de vivre. Il était le parfait opposé de sa demie-soeur, pimbêche hautaine, superficielle et matérialiste. Il ne la supportait pas et moins il la voyait, mieux il se portait.

Après avoir jouer pendant une demie heure avec les chatons, le propriétaire lui proposa d’aller promener l’un des chiens du refuge. Il attrapa une laisse et sortit en compagnie du chien baptisé Yujiro. Il comptait l’emmener au parc pour qu’il puisse courir à sa guise. Sur le chemin il croisa quelques personnes qui s’arrêtèrent en voyant le chien, elles étaient sous le charme de l’animal. Tomoe discuta avec elles, le sourire aux lèvres comme à son habitude. Il passa un long moment à discuter avant de reprendre sa route. Alors qu’il se trouvait à dix minutes du parc, il se fit interpellé par une jeune femme. Pas très agréable, d’ailleurs. Il haussa un sourcil à la mention de sa demie-soeur. Tomoe détestait qu’on le compare à elle, qu’on pense que lui aussi était comme ça, un fils à papa qui se fout des autres, de ceux qui ont un rang social plus bas que le sien. Mais énerver Tomoe était quelque chose de difficile, il perdait difficilement son sang froid, il fallait vraiment le pousser à bout pour qu’il s’énerve.

-Et toi, t’es bourrée ou c’est juste ta façon d’être? Ma demie soeur et moi, on est différent, c’est un garce superficielle et matérialiste, moi je suis le contraire, nous confond pas s’il te plaît, je n’ai rien à voir avec elle, moins je la vois, mieux je me porte, et moins on m’en parle mieux je me porte aussi, répondit-il simplement d’un ton poli

Il ne connaît pas cette fille, à vrai dire ce n’est pas le genre de fille qu’il apprécie, pas si c’est une fille qui juge sans connaître, comme sa demie soeur.

-Tu juges ma demie soeur, tu la critiques, pourtant tu fais pareil qu’elle, tu juges sans connaître, alors tu n’es pas si différente d’elle, ajouta-t-il ensuite, toujours sur le même ton.

Tomoe détestait les gens qui jugent sans connaître, ces personnes ne s’étaient pas regarder avant de juger, ils n’avaient pas vécu ce que ceux qu’ils jugent ont vécu, alors ils n’avaient aucun droit de les juger.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arai Misa
avatar



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Lun 26 Fév - 23:24


   
ft.Tomoe

   
Journée merveille, journée pépite.

   
   

   

Tu es là, face à lui. T'es ridicule, tu le sais. Tu le sens. Les gens doivent s'être arrêtés pour vous observer. Peut-être même qu'ils sortent les billets à cette heure-ci, pour déjà parier sur le vainqueur de cette future bataille. Pourtant, le garçon face à toi n'a pas l'air de vouloir se battre. Ses mots sont durs, mais son ton casse tout. Tu aurais presque pu écraser ton poing dans son visage, mais il se rend si... fragile, à te parler comme ça. Il cherche à rester poli, alors même que tu l'as presque insulté. Presque parce que pour toi, insulter, ce n'est pas déblatérer des trucs vulgaires. Les injures, elles font partie de ton langage depuis des lustres, et tu les abandonneras pour rien au monde. Elles te sont fidèles, et te conviennent à exprimer presque toute la rage que tu as en toi.

Il est là, comme un gland. Il te parle bien, alors que tu lui a presque craché dessus. C'est tout pareil, sans la bave, en réalité. Il reste si calme, que ça te rends presque folle. Tu détestes les gens comme ça, pourtant, toi aussi tu t'amuses à faire ça, pour énerver les autres. A croire que c'est le truc qui marche. Il se justifie, et tu l'écoutes. Alors qu'en temps normal, tu devrais déjà hurler, comme cette fille clichée dans la rue, qui fais chier tout le monde. Tu devrais déjà lui dire de pas se fatiguer, de fermer sa gueule. Mais au lieu de ça, tu ouvres grand tes oreilles, tes yeux rivés sur son visage. Ses traits te sont familiers. Comme si tu l'avais déjà vu. Oui, tu l'a déjà vu. A travers sa sœur. Ou sa demi-soeur, comme il le précise si bien. Mais, n'ont-ils pas le même sang, tous les deux, au final ? Ils n'ont pas été conçus avec les même parents, mais ils en ont bien un en commun, au final. Donc, quelque chose les relies, tous les deux.

C'est alors que tu remarques le chien. Un sourire vient enfin éclairer ton visage, et tu te baisse pour pouvoir le caresser. Comme si tu ignorais ton camarade. Pourtant, non. Tu ne réfléchis pas non plus à ce que tu vas dire. Tu le sais. Mais le chien est mignon, trop mignon. Il attire ton attention, tu craques, t'es comme tout le monde. T'aimes les animaux mignons, et le chien, il est mignon. Alors tu peux pas t'en empêcher. Cependant tu relèves la tête, daignant enfin lui répondre.

« Alors déjà mon petit, y a des heures pour boire, et c'est pas l'heure. Ensuite, c'est bien joli, mais tout ça, c'est que des mots. Et c'est pas comme ça que tu me prouveras que t'es pas comme elle. Et pour finir, tu sais, souvent, plus t'essaies de prouver quelque chose, plus ça fait le contraire. Alors j'sais pas toi mais... »

Tu soupires. Ton sourire a disparu. Tu n'as pas envie de rire. Tes propres paroles te font déprimer. Les gens se tuent tellement tous les jours, à tenter de prouver des choses. Prouver qu'ils sont capables, différents. Ils perdent leur temps, sans même savoir que tout ce qu'ils font, tout ce qu'ils obtiennent, et l'inverse de ce qu'ils souhaitent. Puis il continue. Il semble défendre sa sœur, alors qu'il a dit plus tôt qu'il ne voulait rien avoir à faire avec elle. Ce garçon semble plutôt contradictoire, il t'intrigue. Tu arques un sourcil, et tu le regardes. Tu le fixes.

« Pourquoi la défendre si tu ne l'aimes pas ? Vas faire genre que tu juges personne. On est humains, on le fait tous. Et même si tu me réponds le contraire, je saurais que tu mens. T'as pas besoin de mentir pour donner une bonne image de toi, ça fait souvent l'effet inverse d'ailleurs. »

Et comme si tu n'avais jamais rien dis, comme si la discussion venait tout juste de commencer, tu détournes ton regard pour le chien, le caressant, et tu lances à celui que tu supposes être son propriétaire : « Il est à toi le chien ? »

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishikawa Tomoe
avatar



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Mar 27 Fév - 10:58

Journée merveille, journée pépiteTomoe & MisaElle le regardait, le dévisageait. Elle ne lui répondit pas aussitôt, s’intéressant au chien en remarquant sa présence, le caressant en souriant. Elle ne devait pas être une mauvaise personne, les chiens sentent le mal, Tomoe le savait. Si Yujiro se laissait faire, c’est que cette fille n’était pas aussi mauvaise qu’elle semblait l’être. Elle releva la tête vers le jeune nippon pour lui répondre. Lui dire qu’il y avait des heures pour boire, et que là ce n’était pas l’heure. Faux, pensa Tomoe. Des heures, pour certaines personnes, il n’y en a pas. Il a déjà croisé des personnes bourrées dès neuf heure du matin, et pourtant ce n’est pas une heure pour boire. Elle ajoute ensuite que ce qu’il dit, ce ne sont que des mots, qu’ils ne prouvent rien. Qu’il peut très bien être comme sa demie-soeur même s’il prétend le contraire. Ces paroles arrache un soupir agacé à Tomoe. Lui prouver qu’il est différent? A quoi bon au final? Cette fille, il ne la connaît pas, il se fiche bien de ce qu’elle peut penser de lui. Ses amis le connaissent, même ceux qu’ils ne le connaissent pas d’ailleurs, tous ou presque à l’université savent qu’il ne vaut mieux pas lui parler de sa demie-soeur. Un lycéenne, certe, mais qui était déjà venu se poser devant l’université, draguant les étudiants, au grand agacement de Tomoe.

-Laisse tomber, je vois même pas pourquoi je me donnerais du mal pour te le prouver, crois ce que tu veux, ça m’importe peu. Mais évite de faire comme si tu me connaissais alors que ce n’est pas le cas, répondit-il simplement.

Elle lui demanda ensuite pourquoi il défend sa demie-soeur, alors qu’il venait de dire qu’il ne l’aimait pas et que moins il la voyait, mieux il se portait. Tomoe a beau réfléchir, il ne voit pas à quel moment il l’a défend, il s’est simplement contenté de faire un constat, un parallèle entre elle et sa demie-soeur, en aucun cas il ne l’a défendu.

-Je crois que tu te trompes, je me suis contenté de faire un constat. Jamais je n’ai défendu cette peste, évite de faire l’amalgame,
déclara-t-il

Jamais il ne défendrait une garce pareille, ou peut-être si elle courait un réel danger, parce qu’au final, même s’il ne l’aimait pas, elle ne méritait pas non plus d’être laisser si un jour quelque chose de grave lui arrivait. Il avait beau ne pas l’apprécier, il n’était pas non plus au point de la laisser dans la détresse. La jeune femme lui demanda ensuite si ce chien était le sien.

-Non, c’est l’un des animaux du refuge où je suis bénévole, répondit-il

Un chien, il aimerait bien en avoir un, même un chat d’ailleurs, mais dans son appartement, c’est impossible, trop petit. Il pourrait sans doute demander à son beau-père, mais il ne veut pas de leur aide, la preuve étant que l’argent qu’il perçoit d’eux, il donne les trois quart à des associations et au refuge. Son argent, il le gagnera lui même, il ne veut pas profiter comme le fait sa demie-soeur.

-Il s’appelle Yujiro,
ajoute-t-il ensuite à l’intention de la jeune femme, dont il ignore d’ailleurs toujours le nom.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arai Misa
avatar



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Mar 27 Fév - 12:17


   
ft.Tomoe

   
Journée merveille, journée pépite.

   
   

   

  Il est plus vieux que toi, tu le sais. Tu le sens, à cet espèce de calme immense qui ne le quitte jamais. Pourtant, il a une bouille de bébé. Des joues bien rebondies, un visage plutôt rond. Une peau douce sans aucune marque. Il est plus vieux que toi, et comme d'habitude, tu ne le respectes pas. Parce que tu aimes jouer avec le feu. Tu aimes aussi la sensation de brûlure, qui te préviens que tu vas trop loin, que c'est dangereux. Mais tu as toujours été le genre de fille à y mettre ta main entière, après avoir juste effleuré. T'es comme ça, et tu changeras pas. T'es fade, et à la fois pleine de couleurs. Pleine de couleurs qui ne signifient pas la chaleur. Plus quelque chose du genre une explosion. Un volcan. C'est ça, t'es un volcan. Tu peux rester en sommeil pendant des lustres, et te réveiller un matin, et exploser. Sans aucuns signes avant-coureurs. Même toi tu ne sais pas quand ça va arriver. Parce que tu es imprévisible. Et ça fait peur. Parce que tu sais pas où tu te retrouveras, demain, à cause de ça.

  Il est agacé, tu as réussi. Sa journée semblait si bien partie, t'avais probablement réussi à la lui gâcher. C'est ça, ton truc. Emmerder les gens, pour qu'ils passent d'aussi mauvaises journées que toi. Souvent ça t'amuses, ça te remonte le moral. Tu n'as jamais aucun regrets. Parce que t'as pas le temps pour ça, c'est un truc inutile. Si ta vie était parsemée de regrets, elle serait bien moins belle. Le seul que tu as, c'est d'être en vie. Mais ça, tu l'as pas choisi. Et apparemment ici, c'est pas toi qui fais la loi. C'est pas toi qui décideras quand tu partiras.

   Il a pas peur de toi, c'est étrange. Il doit sûrement penser que tu n'es qu'une gamine. Une de ces jeunes décadents, la génération future qui fait peur. Pourtant, il n'a pas l'air tant plus âgé. C'est seulement intérieurement, qu'il l'est. Lui, il a grandi trop vite. Toi tu es coincée dans ton adolescence un peu catastrophique. Tu lui ris au nez, sans même savoir pourquoi. Tu n'as aucune idée de si tu le trouves ridicule, ou non. Il est juste bizarre. Étrange. Il est le genre de gars que tu peux pas côtoyer, le genre trop sage, à s'affoler pour un rien. Le genre à avoir peur de s'amuser. S'il t'entendait penser, il te dirait que tu juges encore. Et c'est vrai, il a raison. Tu le juges sans le connaître. Mais tout le monde fait ça. On a tous une idée de la personne qui se trouve en face, et certaines fois elle peut même s'avérer juste.

« Tu m'as l'air un peu coincé, tu sais c'est pas la mort. Tu dois bien penser des trucs de moi, actuellement. Pourtant tu sais pas si c'est vrai ou non, parce que tu me connais pas. Mais, je suis sûre que t'auras pas la conscience tranquille que quelqu'un pense que t'es comme elle. Je suis persuadée que tu feras tout pour t'éloigner au plus d'elle, après. »

  Tu ignores ses prochaines paroles. Cette discussion t'as déjà épuisée. Elle t'a enlevée ton sourire, autant qu'elle lui a retiré le sien. Parfois, tes jeux t'épuisent. Tu sais plus pourquoi, comment. Tu te dis que ça sert à rien, et tu finis par penser qu'au final, rien ne sert vraiment à quelque chose. Alors tu passes des heures enfermée, à rien faire. Juste penser au non sens de la vie, au fait que tout serait tellement mieux si elle n'existait pas. Pourtant voilà, les choses sont comme ça. Et tu n'y peux rien, tu le sais.

   Le chien attire ton attention. Tu te demandes si c'est pas de ça dont tu as besoin. Un peu d'amour venant d'un animal. Venant de n'importe qui, n'importe qui. Peut-être que ça pourrait t'adoucir. Puis tu ris encore seule, te reprenant. Non, c'est pas pour toi. L'amour c'est pour les faibles, c'est un truc de pédale. T'en as pas besoin, et t'en veux pas. De toute façon, tu rendrais tout bien trop compliqué. Ca ne serait jamais de l'amour. Et tu le sais. Tu détruis tout sur ton passage. Tu reproduis ce que tu as vu, tu répètes ce que t'as entendu.

« Il est mignon. Il est à l'adoption ? » tu demandes, comme si tu étais intéressée. Puis ton sourire revient. « J'espère au moins que tu t'en occupes bien. » Puis tu relèves la tête, et tu l'observes un instant. Encore une fois, sans aucun lien avec ta précédente phrase, tu demandes : « T'es jap' ? »
   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishikawa Tomoe
avatar



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    Mer 28 Fév - 13:31

Journée merveille, journée pépiteTomoe & MisaTomoe restait zen, lui faire perdre son sang-froid était difficile. Est-ce qu’elle l’agaçait? Un peu, mais il n’était pas du genre à le montrer facilement, d’autant que son interlocutrice semblait n’attendre que ça, et il se refusait à répondre à ses attentes. Il n’appréciait guère ce genre de personne, qui s’amuse à embêter n’importe qui juste pour son propre plaisir, pour le plaisir de les voir s’énerver. Mais il ne se laissait pas avoir par cette fille, ses paroles ne lui faisaient rien, c’était comme celles de cette fille qui est malheureusement sa demie-soeur, ses paroles lui passaient au-dessus de la tête, il les ignorait, tout simplement. Cette fille déclara qu’il était coincé, que c’était pas la mort de penser des choses sur des gens qu’on ne connaît pas, que lui aussi pensait sans doute des choses d’elle sans savoir si c’était vrai ou non. Mais c’était faux, ce qu’il pensait d’elle, c’était simplement l’impression qu’elle lui faisait sur le moment, rien de plus. S’il l’avait croisé dans la rue, il ne se serait pas retourné sur elle pour la juger, point.

-Je me fiche bien de ce que les gens peuvent penser, je sais que je ne suis pas comme elle, mes amis le savent, ça me suffit, déclara-t-il.

Cette fille était étrange, elle semblait avoir deux personnalités différentes, contradictoires, un coup elle s’adressait à lui avec sarcasme, prenant plaisir à l’agacer, et l’autre elle s’adressait à lui normalement, comme s’ils se connaissaient depuis longtemps. Elle lui demanda alors si le chien était à l’adoption avant de déclarer qu’elle espérait qu’il s’en occupait bien. Cette phrase, Tomoe la prit mal. Insinuer qu’il pourrait mal s’occuper d’un animal, comme ces monstres qui les font souffrir, les abandonne… Non, ça ne lui plaisait pas.

-Si je m’en occupais mal, je pense que le personnel du refuge m’aurait déjà dit de partir, répondit-il simplement.

Elle l’observa de nouveau, chose que n’appréciait pas vraiment le jeune nippon qui se sentait comme un bout de viande. Elle lui demanda alors s’il était japonais, d’une façon trop familière, mais Tomoe n’y fit pas attention.

-Oui, je suis japonais, toi aussi non? déclara-t-il en l’observant à son tour.

Il supposait qu’elle était d’origine japonaise, mais elle pouvait très bien être métisse également, comme sa demie-soeur qui était mi japonaise et mi coréenne. Tomoe aurait aimé rester au Japon, mais il était bien trop jeune lorsqu’il avait déménagé en Corée du sud, il ne pouvait pas vivre seul à cinq ans, s’il avait été plus âgé, capable de s’en sortir seul, il aurait sans doute tout fait pour rester là-bas. Sans doute y retournerait-il un jour...

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe    

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée merveille, journée pépite. ▬ ft. Tomoe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée 4 : Journée libre ! (vendredi 18 juin)
» [Journée à Thème] organisation des tables de JdR
» [S41-E8] Résultats pour la 6ème journée - Nord-Pas de Calais - 03 Mars 2010
» Une journée d'alchimiste d'après Moug et Sorifik.
» LJPC - 5 - 12ème journée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Try My Luck :: Gwangju, ville de mon coeur :: 북구 ✩ Buk-Gu ::  Back-Gate-
Sauter vers: